ETUFOR SA

Route d'Italie 152
1958 Uvrier
027 203 93 07
email


Le bureau ETUFOR SA est un bureau d'ingénieurs spécialisé dans les domaines de la forêt, des dangers naturels et de l'environnement. De la conception à la mise en oeuvre de projets, nous nous appuyons sur plus de 14 ans d'expérience.

Nos domaines de compétences sont les suivants :

  • planification et économie forestière
  • protection contre les dangers naturels
  • procédures de défrichement et sevitudes forestières
  • ingénierie forestière et biologique
  • conception de mesures en faveur de la nature, rapports d'impact en collaboration avec le bureau Grenat sàrl.

Nous conseillons nos clients, élaborons des projets et en assurons la direction des travaux.

 

Actualités

Vous trouverez ci-dessous quelques nouvelles brièvement commentées

bolley2En 2002, le bureau ETUFOR SA réalisait un dossier de défrichement pour les forces motrices d'Orsières (DranseEnergie SA). Afin de compenser ce défrichement, des mesures ciblées de revitalisation d'un pâturage boisé au Biolley ont été proposées. La réouverture de cet ancien pâturage en friche avait pour objectif sylvicole d'offrir un nouvel espace de gagnage pour la faune à l'extérieur de la forêt, afin de diminuer la pression du gibier dans les forêts protectrices. Ces interventions devaient également diminuer l'uniformisation du paysage, redonner des surfaces attractives pour l'agriculture et offrir de nouveaux espaces pour la biodiversité. Seule une exploitation agricole durable est à même de maintenir ce type de milieu très diversifié, les propriétaires et exploitants ont ainsi été dès le départ intégrés à cette démarche.

En 2005, 4 hectares de friches ont été réouvertes, ainsi que la remise en état d'un sentier. Cette première dans le cadre des mesures de compensation a partitipé à la mise sur pied du concept de projet régional de compensation, qui permet actuellement de regrouper différentes compensations à des défrichements au sein de projets plus grands, plus ambitieux et plus cohérents en faveur la nature.

Lien vers la fiche : Service des forêts et du paysage, Canton du Valais

blisiers amontLe bureau ETUFOR SA est mandaté par la commune de Vollèges pour étudier les possibilités de mettre en réverve forestière le pâturage boisé de Mont-Chemin. Il s'agit principalement de conserver et soutenir une exploitation mixte entre la sylviculture et l'agriculture.

Ce type d'exploitation traditionnelle a une haute valeur culturelle, une biodiversité très riche et offre un cadre exceptionnel pour la détente dans un panorama qui évolue sans cesse au fil des saisons.

Vous pouvez accéder à un panorama 360° ici.

IDFBANNER FR cr

Selon la FAO, 40% de l'énergie renouvelable consommée dans le monde provient du bois. Il provient du bois exploité pour son énergie propre, de la biomasse valorisée en marge de l'exploitation forestière (branches, cimes, arbres de mauvaise qualité, ...), des déchets provenant de la transformation du bois (sciure, écorces, ...), de l'entretien de boisements (jardinage, paysagisme, ...) ou encore de produits en fin de vie qui nécessitent une combustion appropriée en raison des polluants (meubles, démolition de maisons, ...).

Avalanche SionneLa mise en place du site d'expérimentation de la dynamique des avalanches de la Vallée de la Sionne, par l’Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF) en 1996, marque le début d'une collaboration très étroite entre le l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) et le Canton du Valais. Les 20 ans de recherche dans ce domaine en Valais font de ce site le hot spot mondial de la recherche et contribue à la réduction des risques liés aux dangers naturels.

Communiqué du SLF

Sur Canal 9

Le Nouvelliste

 

IDFBANNER FR cr

Chaque Suisse consomme 300 litres d'eau potable par jour. La forêt joue un rôle majeur pour la qualité de l'eau consommée, car son écosystème protégé de tout engrais ou pesticide filtre naturellement l'eau de pluie, raltenti son écoulement et la stocke dans son sol.

Henniez l'avait déjà compris en 1905 (article La Forêt).

La modification de la loi forestière est prête et devrait être votée le 18 mars.

Une dernière divergence de fond portait sur l'inscription dans la loi de l'obligation de disposer d'une formation pour exécuter du travail rémunéré en forêt. Cette position plutôt protectionniste était étonnament soutenue par le Conseil fédéral et le Conseil des Etats, mais rejetée par le Conseil national. Celle-ci vient d'être abandonnée sous cette forme, une obligation de suivre un cours de sensibilisation sur la sécurité au travail la remplaçant.

La société spécialisée forêt de la SIA (SSF/FVW) était l'une des rares associations consultées à avoir soulevé ce point particulier (position de la SSF). La version finale du texte de la loi lui aura donné raison.

La Confédération devrait également soutenir plus fortement la desserte forestière et l'utilisation du bois. Ceci s'inscrit dans une politique d'un soutient à l'exploitation durable des ressources forestières.

Mise à jour : éditorial de Bruno Röösli, Chef de la section conservation des forêts et politique forestière.

arole UrsBeat

A 2'765 m au-dessus de Zermatt, Urs-Beat Brändli avait découvert ce qui devait être l'arbre le plus haut de Suisse, un arolle qui ne mesurait que 11 cm. A 2'745 m, plusieurs exemplaire plus gros avaient également été découverts, le plus grand d'une hauteur de 2 m pour un diamètre du tronc de 6 cm.

Depuis, ce record a été battu à plusieurs reprises, dont un arolle à 2'805 m au Clocher d'Arpette à Champex, Orsières (Jean-Paul Theurillat). Avec un minuscule bouleau à 2'860 m à Poschiavo (Sonja Wipf) et un mélèze à 2'971 m à Ausserberg (Egon Feller), le podium est actuellement composé de 3 essences différentes. Une liste actualisée est actuellement gérée par l'inventaire forestier suisse.